On parle de nous ! 

Cyril Peter, journalisme de la Lettre M, a publié un article sur INNOTEC suite à son entretien

avec Carole Fournier le 26 Mars dernier. 

 

« Au nom de la transition écologique, au moins 20 % des cartouches d’imprimantes achetées depuis début mars par l’État et les collectivités doivent être recyclées. Une opportunité pour l’entreprise lunelloise Innotec (34 salariés, CA 2020 : 2,8 M€), dont les cartouches d’imprimantes laser remanufacturées sont vendues à des distributeurs, qui les revendent aux entreprises. « Cette nouvelle obligation légale nous encourage et nous donne raison dans la stratégie que nous défendons mais cela n’éliminera pas notre concurrence », confie à La Lettre M Carole Fournier, présidente d’Innotec et de sa filiale Pro XL (20 salariés, CA 2020 : 3 M€, Lunel), spécialisée dans la maintenance et la gestion de parcs d’imprimantes.

« Dans les appels d’offres, le prix reste le critère dominant »

Estampillée Origine France Garantie depuis fin 2020, une cartouche Innotec coûte presque deux fois plus chère que celle d’un recycleur chinois mais 30 % de moins qu’un produit neuf type HP ou Lexmark. Un argument de vente qui peine pourtant à faire mouche auprès des acheteurs publics… « Dans les appels d’offres, le prix reste le critère dominant, alors qu’il y a une volonté de développer les circuits courts, de maintenir l’emploi localement », observe-t-elle. Et d’annoncer la création cette année de deux postes de commerciaux à Innotec et autant dans sa filiale. « Nous avons besoin d’être offensif à l’heure du télétravail », confie la dirigeante. Les effets du Covid, des fermetures d’entreprises à l’essor du travail à distance, sont estimés à -20 % en 2020. « En tant qu’usine, nous n’avons que la cartouche à vendre en btob, nous n’avons pas d’activité compensatoire, contrairement à Pro XL, en prise avec l’utilisateur. La filiale vend du matériel, propose du conseil, de la maintenance… » illustre-t-elle.

Fournisseurs locaux, « quand c’est possible »

Depuis sa reprise, en 2003, par le père de Carole Fournier, la PME se veut à la pointe en matière de RSE. En témoigne le choix des fournisseurs, de préférence régionaux, « quand c’est possible », insiste la dirigeante : l’emballage vient de Sète (Cartembal), les masques sont fabriqués par son voisin Prism… Autres bons points écologiques : l’énergie produite pour aspirer l’air pollué dans l’usine est réutilisé en chauffage ou en clim au sein de l’entreprise et les résidus d’encre, aspirés manuellement par la douzaine d’opérateurs, sont revendus à une société héraultaise. Celle-ci en fait un combustible de substitution pour sa cimenterie. Soutenue par la Région dans sa digitalisation, Innotec assure cocher toutes les cases pour séduire les collectivités, dont certains responsables se font les chantres de l’économie circulaire. »

–  Publié sur La Lettre M (http://www.lalettrem.fr) le 31/03/2021